Search
  • Clara

LONDON

This text gathers basically everything I experienced and witnessed so far as a French student living in London.


I wanted to live abroad alone since I was ten. I don’t know why, but ten is an age I remember as a period where I started to question myself a lot, to dream a lot, to think a lot. I was writing a lot at the age of ten. I would picture my life far away from home, from my parents, independent and fearless. I remember writing a short story about a little girl running away from the place she had always lived in. One day, she packed her stuff, prepared an itinerary and ran away to the French west coast, planning on flying to the US from there. But she would eventually end up going back home.

Eight years later, here I am. I got out of the Eurostar with my best friend and her mother, suitcases in hand, one day before the first day of school. I had never set a foot in my new apartment. I had never talked in person to my future classmates, nor visited my university. I think I immediately liked it here. As months passed, my brain made a list of things I was noticing, to the point of ending up forming my own picture of London, even though this picture is still very young. Therefore, I decided to write this list.

The first thing I noticed here is the way people interact, or rather don’t interact. The classic thing to do when you are in public transportations is to observe people. I think everyone does that when smartphones are not exercising their hypnotic power. What stroke me in London, and had already stroke me one year ago when I was here on holidays, is that no one stares at each other on the subway. Rare are the people who do it, like me. Everyone seems to be minding his own business, not caring about what happens around. In my mind, this has both a positive and negative aspect. It is actually a cool thing, because the fewer looks there are, the less judgmental looks there are too. You don’t feel judged or looked down on for dressing in an eccentric way, or wearing a bold and colorful makeup, which is why so many people seem to have the idea that there is way more diversity in London, that people dare more, that people are more open-minded. I don’t know if that is entirely true though, because in every western city, people now dare more and more to show their sexuality or their musical style through their looks, but still, London has this reputation. However, I see a massive negative aspect to this; the coldness of what this absence of looks induces. You can observe it when homeless people are panhandling on the subway, for instance. No one, with rare exceptions, looks at them. If empathy is too much for them, annoyance seems to be too much as well. In Paris, when a street musician plays too loud on the subway, people are staring at him to imply their annoyance. Here, there is not even a look.

This leads me to a second observation, regarding homeless people. My best friend and I noticed several times how nice homeless people are when they approach you on the street. They always add sweet words and politeness to their request; they call us « love », say « hello », « thank you so much », « that’s very sweet », « have a great day ». My friend also pointed out that the British accent kind of gives them a classy aspect, which is true. Thanks to the language, they look educated, which they might of course be sometimes, and respectful. And yet, they are as numerous as in France, as miserable as in France. I don’t think there is an explanation to this observation, nor a conclusion to draw from it, but still, I noticed how much it brought to the spirit of the city.

One of the guys in the second year of my degree pointed out another thing about Londoners. He was astonished to see how chill they were in a lot of circumstances. For instance, when a bouncer refuses to let them go inside a club, they don’t ask why; they just say « oh okay » with their strong accent.

Another thing I discovered in London is the famous culture of the English pub. The loud, crowded, lively, authentic English pub. I have always been an outdoor person when it comes to bars and cafés, but here, it seems that you don’t always have a choice. Because first and foremost, you can’t always smoke outdoors, which is weird, and completely out-of-phase with the Parisian culture. Here in London, people are not bothered at all not to seat in bars and cafés. If they want to smoke a cigarette, they just go outside the pub and stand on the sidewalk, beer, cider or glass of wine, but mostly beer, in hand. It led me to a funny comparison with French people, who can’t stand to not be seated. Here, people are chill.

By the way, I didn’t know that cider was almost as much big of a deal as beer. They sell multiple flavored ciders. I namely discovered strawberry cider, which is absolutely delicious.

One of my friends hangs out a lot with English and foreign people. Every Wednesday night, they go to a pub for « quiz night », which also seems to be a tradition here. They drink while answering questions of general knowledge, but mostly regarding the English culture.

Public transportations are a subject of matter to me here, as much as they were in Paris. My sister and I have always been fascinated by subway, bus, tram and train networks. There are so many things to say about London’s subway, but the most annoying one might be about rush hours. Rush hours are torture here. You sometimes have to let five trains go by before being able to jump into one. Rush hours are even more stifling due to the weird architecture of the trains, which have very low ceilings and an octagonal form. The way the platforms are built is weird too: they happen to be curved sometimes. Moreover, in the subway stairs, the flow of people is organized and goes in the same direction as cars on the road, on the left side. On the one side, people are coming up, and on the other side, people are coming down. Almost nobody breaks this rule, even if the right side is completely empty. It is a very funny thing to observe and to go against.

I don’t think you can talk about London’s public transportations without talking about the mythic two-level red buses. I quickly replaced the subway by the bus as much as I could because first, it is cheaper, and mostly, because it is way more enjoyable. I noticed that practically no one says hi to the bus driver. And when you do, the driver almost never responds. I almost never seat on the first floor. The best seats are undeniably the first ones, in front of the front window. In France, you can never see what is on top of the bus stops, since there is only one floor. And believe me, I have seen pretty surprising stuff on top of London’s bus stops… Plus, you have a very different perception of the city when you are traveling on the upper floor. You see everything with a clearer, wider and higher view, you can notice a lot more things. Of course, you always have the impression that you are about to enter into an accident since you cannot see what happens on the road, but it is still very cool. The other day, I was on a bus in the neighborhood of Hackney, sitting on the upper floor, and a random man on the street, who I suppose was high, smiled at me, formed a heart with his hands, and just walked away.

The thing that is incredible and frustrating at the same time is how huge the city is. I could never imagine knowing it wholly, even after living here for ten years. There are so many different neighborhoods, so many cool places, so many wonderful parks. So far, the places I love the most are where I live, two minutes away from Brick Lane and its thrift stores, coffee shops and street arts, and the North East of the city. If you walk from my university to the North following Regent’s Canal, which is one of the most wonderful places I have ever seen, with its cute houses, dozens of small boats and street arts, and my favorite café, you end up in the neighborhood of Hackney, siding Victoria Park. It is a quiet, authentic and very big neighborhood, with classic London small buildings and brick houses. When I am in a certain mood, I also really enjoy walking along the Thames and going inside the Tate Modern. I love this museum; the exhibitions are mostly very cool, and the place itself is incredible. It is an ancient factory, with its enormous chimney, dominating the Thames. There is a breath-taking view from the top of the building. I like the spirit here because it is calm while still very dynamic. I am always very inspired by the place. One time, I brought my laptop and sat for two hours writing on the floor, in front of the view, in the middle of the people walking through the exhibitions. It is almost like you could feel art within those walls, as cringy as it may sound. I am not very familiar with the West side of the city, but again, it is impossible to visit everything, even if my friends and I try to do it as much as we can. The ‘city’, or center of London is actually pretty small; my apartment is located on the very street forming the border of the ‘city’. But Hackney, which extends way further away at the North East, is still London, and very much London. When you travel to the South coast of England, you take as much time to get out of London than to get from London to the coast. What would be the suburbia in Paris is still apart of the capital here.

My favorite spot is a wide place near my flat, where there is a beautiful bar named the Juju’s, decorated with pink lights, plants, photo exhibits and an open stage, and a few food trucks disposed in a circle, with wood tables between. There is a vegan truck serving oat milk lattes; they taste like clouds, I've never tasted something better.

I have to devote a paragraph to street art. My appreciation of street art is very simple: while some people don’t see the point of it, of taking pictures of it, of its aestheticism, I sincerely find it cool and inspiring. There is street art everywhere here, even in places you don’t necessarily expect. I take pictures of street art all the time because even if the words or the drawings on the walls are simple and sometimes trashy, I usually find them aesthetic. I love it when there is a sentence written on the wall that catches my attention.

So far, I have not personally had the experience of the English youth, but my best friend has by slight procuration, hanging out with a few English people. She told me and confirmed how the English youth is cool and interesting. Some of the things she told me about the people she met reminded me of the series Skins, which is an emphasis of a trashy provincial English youth, remaining pretty real. For example, she told me about the commoditization of drugs among the people she met. There is a big culture of raves here, taking place unlawfully in wide fields a few hours away from cities, sometimes lasting two or three days. During these events, people are usually high as hell, doing all sorts of hard and hallucinogenic drugs. They get completely trashed during the weekend, before returning to their everyday life on Monday, going back to a normal life rhythm. What stroke me was that all the people she has talked about this with so far are very nice, educated, bright and realistic people. In France, the people I know who are doing that kind of thing are people completely out-of-phase with their own life, having usually dropped out of school, eaten more and more by the drugs they take not only on weekends, but every day. Therefore, I thought that it was kind of cool that such ‘average’ young persons talked so easily about that sorts of things. They consider that type of partying normal and fun. Ever since I was told this, I wanted to try myself. But it is nonetheless something that must be thought through though; even if those people don’t do drugs daily, this commoditization of drugs cannot be a good thing on the regular. A friend from uni told me a weird story about the people in her hall. They all have a group chat to communicate. One night, a girl asked about the weird smell coming from the room below hers, and the guys from this room answered randomly: « oh sorry, we were just smoking crack ». I don’t know if that was a joke or not, though.

Moreover, another thing which began to attract me since I discovered the English youth from far away, is the English countryside. I am probably making up a biased image of it, but it sounds fascinating to me. My best friend met a guy at uni who comes from a small English town, and he is one of the brightest and interesting person she has ever met. He is passionated by music and seems to know absolutely everything about absolutely every band he listens to, or not even listens to. He played in bands himself, shares his love of music with his friends. His adolescence sounds so much more independent and free than the French ones I know. He traveled a lot with his friends with almost no money. He does not have a lot of money at all actually, and still, he managed to get in Kings College and seems to love what he is studying. It gives me an image of a cultural, animated and trendy countryside, which seems centuries away from the French one, which has the reputation of being very out-of-phase with the capital. Here, the countryside seems almost cooler than London itself. But of course, I might be completely wrong.

What is also undeniable is how attractive, diverse and dynamic the youth of London is. I think it might come from the fact that basically everyone is foreign here. I have almost never heard a young person working at a store or at a coffee shop not talking with an accent. But I observe it even more at uni; I actually have the chance to be in the most diverse university of London in terms of nationalities, which are at the approximative number of one hundred. When my friends and I go out to a club, we almost never run into English people. I have been working at the Juju's Bar for a few weeks now. Out of the fifteen members of the staff, only one of them is British.

One additional thing to point out about young English people, or rather young English girls, is their outfits when they go ‘clubbing’. My friends and I have been astonished so many times by the little amount of fabric those girls wear when they go out at night, even under five degrees. They also wear very heavy makeup, a lot of cheap glitters, and very high heels. But I noticed another dressing style among English girls going partying; they sometimes dress in a sloppy and 2000s way that I actually find pretty cool.

The coolest thing I have experienced yet and am about to experience more might be the dozens of small concerts happening all the time in tiny concert halls of London. The bands usually look alike but are still very cool, and mostly very dreamy. Last week, I went to the concert of Porridge Radio, which I guess could be qualified as an indie rock band. There were two other bands before, only composed of young, cool and originally-dressed people. The crowd was at the image of the bands on stage, with the exception that the age-rate was way more diverse. I lost count of the weird haircuts, piercings, bold makeups and outfits. Everyone seemed nice and chill. I feel that rock is not dead at all in England, young people seem to be very fond of this style.

However, there are some darker aspects of London, namely its safety. I was not really aware of it before arriving, but apparently, attacks with knives happen every day here. I heard about three attacks near I live since I got here. I have never been a very reluctant person when it comes to walk the streets and take the subway alone at night, even in unsafe places, but here, I felt anxiety doing so for the first time. I don’t think it is the fact of knowing what might happen and happens regularly which gave me anxiety, but rather a general atmosphere. Maybe because the city seems darker, colder than Paris at night.

Overall, after living in London for three months, I cannot really make up my mind on whether I have a preference for London or Paris. The conclusion I drew from all my observations so far is that London is diverse, modern and dynamic, although very much animated by its traditions, whereas Paris is warmer, mythic, beautiful and elegant. Paris is home, but London is new and exciting, which is why I love it so much.


_______________________________



Vivre à l’étranger me fait rêver depuis mes dix ans. Je ne sais pas exactement pourquoi, mais je me souviens de mes dix ans comme d’un âge auquel j’ai commencé à me poser beaucoup de questions, à rêver beaucoup, à penser beaucoup. J’écrivais beaucoup, à dix ans. Je me figurais une vie loin de chez moi, loin de ma famille, indépendante et audacieuse. Je me rappelle avoir écrit une courte fiction à propos d’une petite fille fuguant de l’endroit où elle avait toujours vécu. Un jour, elle avait fait ses valises, préparé un itinéraire et pris la fuite vers les côtes atlantiques françaises prévoyant, de là, de s’envoler pour les Etats-Unis. Mais elle finissait toujours par rentrer à la maison.

Huit ans plus tard, j’y étais. Je suis descendue de l’Eurostar accompagnée de ma meilleure amie et de sa mère, valises en main, la veille de la rentrée. Je n’avais jamais mis les pieds dans mon nouvel appartement. Je n’avais jamais discuté en personne avec mes futurs camardes de classe, ni visité mon université. Je crois que je me suis immédiatement sentie à ma place ici. Au fur et à mesure que les mois passaient, mon cerveau s’autorisait à construire une liste de choses que je remarquais, jusqu’à former ma propre image de Londres. Une très jeune image, mais une image quand même. J’ai donc décidé de rédiger cette liste.

La première chose que j’ai remarquée ici est la manière dont les gens interagissent, ou plutôt n’interagissent pas. Observer les gens dans les transports en commun est un automatisme; j’imagine que tout le monde le fait quand les smartphones n’exercent pas leur pouvoir hypnotique. Ce qui m’a frappé à Londres, et m’avait déjà frappé il y a un an quand j’y étais pour des vacances, est cette absence de regards entre les passagers dans le métro. Personne ne se regarde, personne ne regarde comme moi. Chacun semble se mêler de ses affaires, ne pas se préoccuper de ce qu’il se passe autour. Je crois que c’est à la fois positif et négatif. En réalité, c’est plutôt cool, car plus les regards se font rares, plus rare se fait le jugement aussi. On ne se sent pas jugé ou regardé de travers pour s’être habillé de manière excentrique, pour porter du maquillage expérimental; c’est pourquoi tant de gens semblent avoir de Londres une idée de ville diverse, de ville où les gens osent davantage, de ville où les gens sont plus ouverts d’esprit. Pourtant, je ne sais pas si c’est entièrement vrai; aujourd’hui, dans toutes les villes occidentales, les gens osent de plus en plus exhiber leur sexualité ou leurs goûts musicaux par leur apparence. Toujours est-il que Londres a cette réputation. Cependant, la froideur que cette absence de regards induit est assez négative. J’ai pu l’observer lorsque des sans-abris font la manche dans le métro, par exemple. Personne, à de rares exceptions près, ne les regarde. Si l’empathie est trop pour ces gens, l’agacement semble l’être aussi. A Paris, quand un musicien de rue joue trop fort dans le métro, les passagers le fixent pour sous-entendre leur irritation. Ici, c’est à peine s’ils leur jettent un regard.

Tout cela est lié à une seconde observation concernant les sans-abris. Ma meilleure amie et moi avons constaté à de nombreuses reprises à quel point les sans-abris sont aimables quand ils vous accostent dans la rue. Ils ajoutent toujours des mots affectueux à leur demande; ils nous appellent « love », disent bonjour, « thank you so much », « that’s very sweet », « have a great day ». Mon amie a également attiré mon attention sur leur accent anglais, qui leur donne un aspect presque chic. Grâce au langage, ils paraissent éduqués, ce qui peut bien entendu être le cas parfois. Et pourtant, ils sont tout aussi nombreux qu’en France, si ce n’est plus, et tout aussi misérables qu’en France. Je ne pense pas qu’il y ait d’explication à cette observation, ni de conclusion à en tirer; malgré tout, j’ai l’impression que cet aspect apporte beaucoup à l’ambiance globale de la ville.

Un garçon de deuxième année de mon cursus m’a fait remarquer autre chose à propos des londoniens. Il était effaré de constater leur calme, leur détachement dans de nombreuses circonstances. Par exemple, quand un videur refuse de les laisser entrer dans une boîte, ils ne demandent pas d’explication; ils disent juste « oh okay » avec leur accent prononcé.

Une autre chose que j’ai découverte à Londres est la fameuse culture du pub anglais. Le bruyant, bondé, vivant, authentique pub anglais. J’ai toujours été du genre à privilégier l’extérieur à l’intérieur dans les bars et les cafés, mais ici, on n’a pas toujours le choix. Parce que, premièrement et surtout, il n’est pas toujours autorisé de fumer en terrasse, ce que je trouve étrange, et complètement décalé avec Paris. A Londres, les gens ne sont pas contrariés du tout à l’idée de ne pas s’assoir dans les bars et les cafés. S’ils ont envie de fumer une cigarette, ils vont simplement dehors et se tiennent debout sur le trottoir, bière, cidre ou verre de vin, mais surtout bière à la main. C’est drôle, parce que les Français n’envisagent pas de rester debout; s’il n’y a pas de chaise libre, ils renoncent et s’en vont.

D’ailleurs, je ne savais que le cidre faisait presque autant partie de la tradition que la bière, ici. Les pubs servent même des cidres parfumés. J’ai notamment découvert celui à la fraise; il a un goût de bonbon et de vacances.

L’une de mes amies passe beaucoup de temps en compagnie d’anglais et d’étrangers. Chaque mercredi soir, ils se rendent dans un pub pour « quizz night », une autre tradition. Ils prennent des verres en répondant à des questions de culture générale, mais surtout de culture anglaise.

Les transports en communs font l’objet d’une préoccupation et d’une curiosité pour moi ici, de la même façon qu’à Paris. Ma soeur et moi avons toujours été fascinées par les réseaux de métro, de bus, de tram, de train. Il y a tellement de choses à dire à propos du métro de Londres, mais la plus agaçante est probablement l’heure de pointe. Les heures de pointe sont une torture ici. Il faut parfois laisser passer cinq trains avant d’enfin parvenir à se faufiler avec difficulté à l’intérieur du sixième. Ces heures paraissent encore plus étouffantes à cause de l’architecture étrange des trains, qui sont très bas de plafond et de forme octogonale. La forme des quais est bizarre aussi: ils sont parfois incurvés, laissant place à d’énormes trous entre le train et la plateforme. Par ailleurs, dans les escaliers du métro, le flux de personnes est organisé et progresse dans la même direction que les voitures sur la route, sur le côté gauche. D’un côté, les gens montent, et de l’autre, les gens descendent. Presque personne ne brise cette règle, même quand le côté droit est complètement vide.

Je ne pense pas pouvoir parler des transports londoniens sans parler des mythiques bus rouges à deux étages. J’ai rapidement remplacé le métro par le bus à cause du prix, mais surtout parce que le kiff est incomparable. J’ai pu remarquer que pratiquement personne ne dit bonjour au chauffeur. Et que quand on le fait, il ne répond presque jamais. Je ne m’assieds jamais au rez-de-chaussée. Les meilleurs sièges sont indéniablement les premiers, au premier étage, juste en face de la vitre. En France, on ne voit jamais ce qu’il y a au-dessus des arrêts de bus, les bus n’ayant qu’un étage. C’est dommage; j’ai vu des choses extrêmement surprenantes au-dessus des arrêts de bus londoniens… De plus, la perception de la ville est très différente lorsque l’on voyage en hauteur. Tout est vu avec plus de clarté, plus de largeur, plus de lucidité. Bien sûr, la sensation que le bus est sur le point de rentrer dans un piéton est constante, parce qu’il est impossible de voir ce qu’il se passe sur la route, mais c’est quand même cool. L’autre jour, j’étais dans un bus dans le quartier d’Hackney, assise à l’étage supérieur, et un homme sur le trottoir qui devait probablement être défoncé m’a souri et a formé un coeur avec ses mains, avant de s’en aller tranquillement.

Ce qui est incroyable et frustrant à la fois est la taille de cette ville. Je ne peux pas imaginer pouvoir la connaître entièrement, même après y avoir vécu dix ans. Il y a tellement de quartiers différents, tellement d’endroits cool, tellement de parcs magnifiques. Pour l’instant, je compte parmi mes endroits préférés le quartier dans lequel je vis, situé à deux minutes de Brick Lane et ses fripes, ses coffee shops et street arts, et le nord-est de la ville. En partant de mon université et en se dirigeant vers le nord le long de Regent’s Canal, qui est l’un des endroits les plus incroyables que j’ai vus de ma vie, avec ses petites maisons, ses dizaines de péniches et street arts, et mon café préféré, on atterrit dans le quartier de Hackney, collé à Victoria Park. C’est un quartier énorme, calme et authentique, avec ses traditionnels immeubles bas londoniens et ses maisons en briques rouges et noires. Selon mon humeur, j’aime aussi beaucoup marcher le long de la Tamise et entrer dans le Tate Modern. J’adore ce musée; les expositions sont majoritairement très cool, et l’endroit lui-même est incroyable. C’est une ancienne usine, avec son énorme cheminée dominant la Tamise. Il y a une vue à couper le souffle au dernier étage du bâtiment. J’aime énormément l’ambiance ici, calme et dynamique à la fois. L’endroit m’inspire toujours. Une fois, j’ai apporté mon ordinateur et écrit pendant deux heures assise par terre, en face de la vue, au beau milieu des gens parcourant les expositions. C’est presque comme si l’art transperçait les murs. Je ne connais que très peu la partie ouest de la ville, mais une fois de plus, il est impossible de tout visiter, même si mes amis et moi essayons de le faire le plus possible. La ‘city’, ou centre de Londres, est en fait assez petite; mon appartement est exactement situé sur la rue à la bordure de la ‘city’. Mais Hackney, qui s’étend bien plus loin au nord-est, fait encore partie de Londres, et même bien partie. Quand on voyage jusqu’à la côte sud de l’Angleterre, il faut autant de temps pour sortir de Londres que pour atteindre la côte depuis Londres. Ce qui correspondrait à la banlieue à Paris fait toujours partie de la capitale ici.

Mon coin préféré est une grande place juste à côté de mon appartement. Il y a un bar magnifique, le Juju’s, décoré avec des néons, des plantes, des expositions de photos et une scène ouverte. Il y a plusieurs food trucks disposés en cercle, avec des tables en bois au milieu. Il y a un truck vegan qui sert des lattés au lait d’avoine; je n’ai jamais rien bu de meilleur, ils ont un goût de nuage.

Je me dois de dévouer un paragraph au street art. Mon appréciation du street art est très simple: si certaines personnes n’y voient pas d’intérêt, ne voient pas d’intérêt à en prendre des photos, je trouve le street art sincèrement cool et inspirant. Il y en a partout ici, même dans des endroits complètement inattendus. Je prends des photos de street art constamment, parce que même si les mots ou dessins sur les murs sont expédiés, simple et parfois brouillons, je les trouve souvent beaux. J’adore quand une phrase écrite sur le mur accroche mon regard.

Jusqu’à présent, je n’ai pas personnellement fait l’expérience de la jeunesse anglaise, mais ma meilleure amie l’a fait par procuration approximative, passant du temps avec quelques anglais. Elle m’a dit et confirmé à quel point la jeunesse anglaise est cool et intéressante. Certaines choses qu’elle m’a dites à propos des personnes qu’elle a rencontrées m’ont rappelé la série Skins, une description emphatique d’une jeunesse anglaise trash assez réaliste. Par exemple, elle m’a parlé de la normalisation de la drogue parmi les gens qu’elle a rencontrés. La culture des raves est énorme ici; elles prennent vie illégalement dans des champs gigantesques à quelques heures des villes, s’étendant parfois sur deux ou trois jours. Au cours de ces événements, les gens sont souvent complètement défoncés, ils prennent toutes sortes de drogues dures et hallucinogènes. Ils se détruisent complètement pendant le week-end, avant de retourner à leur quotidien le lundi, avan de retourner à un rythme de vie normal. Cela m’a interpelée, parce que la plupart de gens avec qui elle en a discuté jusqu’ici sont des gens sympas, cultivés, intelligents et réalistes. En France, les gens de mon entourage qui font ce genre de choses sont des gens généralement déphasés de leur propre vie, ayant souvent lâché leur études, dévorés petit à petit par les drogues qu’ils prennent non seulement le week-end, mais tous les jours. De fait, j’ai trouvé plutôt cool que des jeunes ‘normaux’ comme eux puissent parler si facilement de ce genre de pratiques. Ils considèrent ce genre d’amusement naturel et marrant. Depuis que l’on m’a rapporté tout ça, j’ai eu envie d’essayer moi-même. Mais je pense que c’est néanmoins quelque chose qui mérite d’être réfléchi; même si ces gens ne se droguent pas quotidiennement, cette normalisation de la drogue ne peut pas qu’être une bonne chose à la longue. Une amie de l’université m’a raconté une histoire étrange sur les gens de sa résidence. Ils ont un groupe de discussion pour communiquer. Un soir, une fille a reporté une odeur bizarre provenant de la chambre d’en-dessous; les garçons de cette chambre ont tout simplement répondu: « oh désolé, on fumait juste du crack ». Je ne sais toujours pas si c’était une blague ou pas.

Une autre chose qui a commencé à m’attirer depuis que j’ai découvert la jeunesse anglaise de loin est la campagne anglaise. Je suis probablement en train de m’en construire une image biaisée, mais elle me semble fascinante. Ma meilleure amie a rencontré un garçon à l’université qui vient d’une petite ville anglaise; c’est l’une des personnes les plus intelligentes et intéressantes qu’elle a rencontrées de toute sa vie. Il est passionné de musique, et semble connaitre absolument tout sur absolument chaque groupe qu’il écoute, ou même qu’il n’écoute pas. Il a lui-même formé plusieurs groupes, partage son amour pour la musique avec ses amis. Son adolescence sonne tellement plus indépendante et libre que les adolescences françaises que je connais. Il a beaucoup voyagé avec ses amis presque sans argent. Il n’a d’ailleurs pas beaucoup d’argent du tout, et pourtant, il est parvenu à entrer à King’s College et semble adorer ce qu’il étudie. J’en ai donc tiré l’image d’une campagne à la mode, cultuelle et animée, qui semble à des millénaires de la campagne française, ayant la réputation d’être très éloignée de la capitale, dans tous les sens du terme. Ici, la campagne semble presque plus cool que Londres elle-même. Mais bien sûr, il est possible que je me trompe totalement.

Ce qui est également indéniable est à quel point la jeunesse londonienne est attirante, diversifiée et dynamique. Je pense que cela doit venir du fait que quasiment tout le monde est étranger ici. Je n’ai presque jamais entendu de jeune serveur ou vendeur s’exprimer sans accent. Mais je l’observe encore davantage à l’université; j’ai la chance de faire partie de l’université de Londres la plus éclectique en terme de nationalités. Quand mes amis et moi sortons en boîte, nous ne croisons presque jamais d’anglais. J’ai commencé à travailler au Juju’s Bar il y a quelques semaines: sur les quinze membres de l’équipe, on ne compte qu’un seul anglais.

Encore une chose à ajouter à propos des jeunes anglais, ou plutôt des jeunes anglaises, est leur manière de s’habiller quand elle vont en boîte. Mes amis et moi avons été choqués tellement de fois par le quantité minime de tissu qu’elle portent quand elles sortent le soir, même sous cinq degrés. Mais j’ai également remarqué un autre style vestimentaire parmi les jeunes anglaises en soirée; elles s’habillent parfois d’une manière négligée et très années 2000 que je trouve en fait assez cool.

Mais la chose la plus cool dont j’ai pour l’instant fait l’expérience reste sûrement les dizaines de petits concerts ayant lieu tout le temps dans de minuscules salles. Les groupes se ressemblent souvent mais sont quand même très stylés, et me font vraiment rêver. La semaine dernière, je suis allée voir un concert de Porridge Radio, que l’on pourrait qualifier de groupe de rock indépendant. Deux autres groupes jouaient avant eux, toujours composés de jeunes au style vestimentaire cool et original. La foule était à l’image des groupes sur scène, à l’exception de la moyenne d’âge, beaucoup plus diverse. J’ai perdu le compte des coiffures bizarres, des piercings, des maquillages et tenues excentriques. Tout le monde avait l’air sympa et détendu. J’ai l’impression que le rock n’est pas mort du tout en Angleterre, les jeunes semblent toujours autant kiffer en écouter.

Néanmoins, Londres a tout de même quelques aspects plus sombres, notamment sa sécurité. Je n’étais pas vraiment au courant avant d’arriver, mais apparement, des attaques au couteau surviennent tous les jours ici. J’ai déjà entendu parler de trois attaques juste à côté de chez moi depuis que j’ai emménagé. Je n’ai jamais été réticente à l’idée de marcher dans la rue ou de prendre le métro seule le soir, même dans des endroits peu fréquentés, mais j’ai ressenti de l’anxiété à cette idée pour la première fois à Londres. Je ne crois pas que cela vienne du fait de savoir ce qui peut se passer et se passe ici, mais plutôt d’une atmosphère générale. Peut-être que c’est parce que la ville parait plus sombre, plus froide que Paris la nuit.

Somme toute, après quelques mois, je ne peux pas vraiment faire de choix préférentiel entre Paris et Londres. La conclusion que j’ai tirée de toutes mes observations est la suivante: Londres est diversifiée, moderne et dynamique, bien que très animée par ses traditions, tandis que Paris est chaleureuse, mythique et élégante. Je me sens chez moi à Paris, mais à Londres, tout semble nouveau et excitant.

Image: Aurélia Trutet http://www.aureliatrutet.net

Im

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now